Selon Bastien Rabastens, fondateur de Jimini’s, il y a autant de raisons d’entreprendre que d’entrepreneurs

bastien rabastensInstitut Sage : qui est Jimini’s et d’où vous vient cette idée ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : Jimini’s, est une start-up qui propose une gamme d’insectes comestibles assaisonnés et prêts à manger pour l’apéritif. Jimini’s, c’est avant tout l’histoire d’un pari qui s’est transformé en une belle histoire entrepreneuriale. Un soir de 2012, devant un épisode de l’émission Koh Lanta, en voyant les participants engloutir des insectes, nous décidons d’en manger. Nous commandons des criquets de Thaïlande et après hésitation, nous surmontons nos appréhensions. Ahuris, nous nous rendons compte que ces bestioles ont du goût mais surtout qu’elles sont gorgées de protéines. Nous nous prenons alors au jeu et c’est ainsi que nous nous sommes lancés, soutenus par l’incubateur de la CCI. C’est en novembre 2014 que nous avons démarré notre première production à Evreux dans l’Eure, aidés par un laboratoire de formulation agro-alimentaire. En 2015, ne pouvant plus pousser les murs, nous nous sommes installés à Melun. 

Institut Sage : c’est un marché porteur ? Comment se comporte-t-il ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : la concurrence commence à être rude, mais notre valeur ajoutée repose sur la qualité de nos produits et le marketing que nous avons mis en place, plutôt jeune et décalé. Et je crois que le fait de garantir des produits 100 % européens rassure les consommateurs. L’an dernier, nous avons vendu 150 000 boites. Notre croissance devrait rester encore exponentielle les prochaines années.

Institut Sage : où sont élaborés vos produits ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : les insectes proviennent des Pays-Bas et la transformation se fait en France ! Notre objectif étant de commercialiser des produits 100 % français dans les prochaines années.

Institut Sage : aujourd’hui, combien Jimini’s comporte-t-il de salariés ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : à ce jour, nous sommes douze salariés à travailler à temps plein dans l’entreprise et répartis sur deux activités : la production et la vente d’un côté, le marketing et l’administration de l’entreprise de l’autre. Nous sommes répartis sur plusieurs sites : le bureau et l’atelier se situent en région parisienne, et depuis peu, nous avons des bureaux à Londres et en Belgique où nous développons nos activités d’export. La prochaine étape sera certainement les Etats-Unis.

optimisation-criquets-jiminis- wordpress-googleInstitut Sage : comment avez-vous financé ce projet ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : nous avons fait appel à différentes solutions de financement. Au départ, nous avons investi 10 000 euros chacun, auxquels se sont ajoutés deux campagnes de financement participatif dont une qui s’est terminée fin 2015. Nous avons récolté 11 000 et 22 000 euros. Nous avons également eu un prêt à taux zéro de Total Développement, un emprunt bancaire, une bourse à l’innovation ainsi que des subventions de la part de la BPI  et du CFI. Enfin, nous avons gagné le Grand Prix du MoovJee « Innovons Ensemble 2015 » dans la catégorie “Entrepreneurs”. Cela nous a apporté un soutien financier, mais aussi humain. Nous avons été suivis durant une année par un mentor et avons trouvé au sein du MoovJee une véritable famille.

Institut Sage : quelles valeurs défendez-vous à travers Jimini’s ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : Jimini’s c’est avant tout l’audace. Quoi de plus audacieux que de croquer un criquet, alors qu’à priori, les insectes ne se mangent pas. Jimini’s c’est également l’engagement à long terme, prônant une diversification de nos apports en protéines. Nous pensons que la consommation d’insectes peut avoir un réel impact sur notre environnement.

Institut Sage : quels sont vos objectifs de croissance  cette année ?

Bastien Rabastens, Jimini’s : Nous avons réalisé 300 % de croissance en 2015. Nous visons pour les prochaines années, une croissance à deux chiffres en menant l’entreprise vers d’autres produits, d’autres marques et d’autres marchés. Je pense aux compléments alimentaires, aux rations pour l’armée…

Institut Sage : quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui, comme vous, veulent entreprendre ? 

Bastien Rabastens, Jimini’s : se lancer. Il y a autant de raisons d’entreprendre que d’entrepreneurs.

 

 

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article