Quelles conséquences d’un Brexit pour les entrepreneurs français ? (2/2)

Marie-Pierre Schmitz, Benta Berry

 

 

 

 

 

MARIE-PIERRE SCHMITZ, fondatrice de Benta Berry

 

Benta Berry, c’est l’histoire d’un concept nouveau venu trouver sa place dans le vaste monde de la cosmétique et de la beauté. Une marque à vocation digitale, multiculturelle au label universitaire et aux actifs naturels. La première marque française de cosmétiques naturels dédiée exclusivement aux peaux jeunes des cinq continents. Sa fondatrice, Marie-Pierre Schmitz, a accepté de faire le point sur les conséquences du Brexit.

Institut Sage : exportez-vous vers le Royaume-Uni ?

Marie-Pierre Schmitz : nous n’exportons pas, mais nous avons des acheteurs réguliers sur notre site. Les ventes sur Internet, depuis la Grande-Bretagne, représentent 10 % de notre chiffre d’affaires.

Institut Sage : quelles seraient les conséquences d’un Brexit pour Benta Berry ?

Marie-Pierre Schmitz : aucune, sauf si la livre était dévaluée, auquel cas cela provoquerait une hausse de nos prix de vente. Mais ce serait à la marge, le prix moyen des produits tournant autour de 20 euros. Pourtant, rien ne garantit que ce scénario se produise. Il existe cependant un risque plus probable, celui que la France se retrouve seule face à l’Allemagne.

Institut Sage : quelles seraient les mesures à adopter pour favoriser votre croissance en Europe ?

Marie-Pierre Schmitz : rendre plus flexible le marché du travail. Car c’est par l’emploi que la France arrivera à déclencher le cercle vertueux de la croissance. En embauchant, on innove, on crée de la valeur ajoutée et de facto du pouvoir d’achat. Autre mesure d’urgence : baisser les charges des entreprises, mais pas de façon linéaire. La fiscalité doit être adaptée à la taille de l’entreprise et à son secteur d’activité. Ces deux mesures permettraient de favoriser la prise de risque.

 

 

106355_women-equity-for-growth-deux-trophees-pour-des-pme-de-croissance-dirigees-par-des-femmes-web-tete-0204012429481 (1)

 

 

 

 

 

MARTINE BOCQUILLON, Présidente de Point Service Mobile (PSM)

 

C’est en 2006, que Martine Bocquillon a créé Point Service Mobiles, la première chaine dédiée à la réparation immédiate de téléphones mobiles multimarques, sous et hors garantie, avec sauvegarde des données. Forte de son succès, l’entreprise se lance à l’international, via des master-franchises, un mode de développement plus adapté au marché des services.

Institut Sage : exportez-vous vers le Royaume-Uni ?

Martine  Bocquillon : nous développons notre concept sous l’enseigne Phone Service Center en UK avec notamment, un beau magasin à Londres.

Institut Sage : quelles seraient les conséquences d’un Brexit pour PSM ? 

Martine  Bocquillon : aucune conséquence puisque nous travaillons en master-franchise avec souvent des société filiales du Groupe.

Institut Sage : quelles seraient les mesures à adopter pour favoriser votre croissance en Europe ? 

Martine  Bocquillon : Il serait nécessaire que les autres entreprises (comme les constructeurs et les opérateurs) mutualisent davantage leurs procédures et objectifs. Nous devons renégocier dans chaque pays, les accords commerciaux trouvés en France.

 

 

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article