Amaury Simon, SGIV Avemce : les années de ralentissement permettent de remettre à plat les organisations

Amaury SimonSGIV Avemce (Solution Globale d’Identité Visuelle) accompagne de nombreux groupes, réseaux succursalistes, centres commerciaux en France ou à l’étranger dans la scénarisation de leur point de vente et plus particulièrement dans l’animation du parcours clients. Ses domaines d’intervention sont : l’enseigne (lumineuse ou non), la signalétique (directionnelle, évènementielle, intérieure,…) le mobilier (comptoirs, gondoles, tables…) et enfin le luminaire (éclairage, scénarisation du point de vente). Interviewé par Sage, Amaury Simon, le fondateur explique avec humilité comment l’entreprise a traversé l’année 2015 et quel regard il porte sur l’année 2016.

 

Institut Sage : Pouvez-vous retracer le parcours de SGIV Avemce en quelques dates ?

Amaury Simon : En 2006, la société SGIV a racheté Avemce. Fort de ces vingt ans d’expérience dans l’enseigne et la signalétique, cette fusion a permis d’optimiser nos moyens humains et de production en renforçant nos savoir-faire. En 2007, l’entreprise a déménagé son activité Enseignes & Signalétique à Méry-sur-Oise. Ce transfert a été l’occasion de lancer de nouveaux investissements de machines, liés à nos exigences environnementales et notre recherche permanente de qualité. Et ce, dans le but de valoriser nos actions en matière de développement durable dans le cadre de la norme  française sur le management des entreprises et le développement durable SD 21000. En 2008, SGIV s’est diversifiée et lancée dans le mobilier intérieur pour les points de vente. Son approche et son expertise du marché du retail lui ont permis de remporter d’importants marchés dont, entre autre, celui des show-rooms de Mobalpa, ce qui conforte notre stratégie. Aujourd’hui, SGIV Avemce valorise son expertise technique et sa capacité à concevoir et à innover grâce aux partenariats actifs menés avec des agences de communication avec qui nous établissons une charte technique de faisabilité, de visibilité et de coûts.

Institut Sage : Après des années de croissance, comment avez-vous traversé l’année 2015 ?

Amaury Simon : L’an dernier a été une année difficile, à la différence de 2014 qui, elle, a été exceptionnelle. Difficile parce que sans aucune visibilité, ce qui souligne d’ailleurs la complexité de diriger. Rien n’est jamais acquis. En même temps, 2015 et 2009, resteront des années intéressantes. En effet, ces années de ralentissement commercial m’ont permis de remettre à plat les organisations, les processus et logo_sgiv120618surtout de se mettre dans une dynamique d’innovation, de lancement de nouveaux projets et de nouvelles solutions. C’est l’occasion aussi de se mettre en perspective et de redéfinir les missions du dirigeant. L’idée étant de tout remettre à plat pour mieux repartir.

Institut Sage : Comment expliquez-vous ce ralentissement ?

Amaury Simon : Nous avons été confrontés à la fois à un ralentissement dû au freinage conjoncturel et à des bouleversements structurels, notamment sur les marchés à l’export. Je m’explique : comme tous les professionnels du retail, nous avons subi la baisse du pouvoir d’achat des français et la montée du chômage. Face à la baisse de la demande des ménages, les marques ont ralenti leurs projets d’ouvertures de nouveaux points de vente. Notre activité étant d’accompagner les marques dans leur développement, nous avons subi par ricochet une baisse significative de nos commandes. Sur nos marchés à l’export, la problématique du ralentissement est plus structurelle. Nos partenaires, notamment les pays africains, subissent depuis plusieurs mois une baisse drastique du prix du baril de pétrole. Cette chute des entrées de devises s’est répercutée sur l’activité en 2015 avec bon nombre de programmes supprimés. A la baisse de nos commandes s’est ajouté le poids des investissements lancés en 2014 en machines et en capital humain, qu’il a fallu amortir. Heureusement la tempête est passée.

Institut Sage : Quels sont vos pronostics pour 2016 ?

Amaury Simon : Depuis janvier, les carnets de commandes se remplissent rapidement. Il est vrai que les marques ne peuvent rester indéfiniment dans l’attentisme. Aujourd’hui, les marques revoient leur positionnement et leur image, et se montrent prêtes à sortir des cartons leurs projets d’investissement. Pour nous, 2016 s’annonce comme une année faste.

Institut Sage : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent entreprendre ?

Amaury Simon : Foncez. C’est une merveilleuse aventure humaine qui demande cependant un engagement de tous les moments. Autre conseil : ne pas s’isoler. Un entrepreneur a besoin de se faire accompagner.

slide-locaux-sgiv

 

 

 

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article