Les PME, les grandes oubliées de Davos

Serge Masliah, Sage

Serge Masliah, Sage

Cette semaine, les dirigeants du monde se réuniront à Davos pour discuter des grands enjeux économiques et sociétaux de la planète.

Nul doute que, dans l’intérêt de la France, le Forum de Davos doit être, cette année plus que jamais, un forum dédié à l’économie. Des orateurs et des penseurs comme Satya Nadella (CEO de Microsoft), Christine Lagarde (DG du FMI) et Susan Wojcicki (CEO de YouTube) prendront la parole sur la quatrième révolution industrielle ou les problèmes liés à la sécurité mondiale. Cependant, est-il judicieux d’analyser la situation économique du monde par le seul prisme des gouvernements et des entreprises internationales ?

En effet, les PME et les TPE génèrent près de 60% du PIB de la France et représentent environ 63% de l’emploi de notre pays. Entre 2009 et 2014, un million de nouveaux entrepreneurs se sont lancés dans notre pays. Au total, ils ont créé près de 15 000 nouveaux emplois. A en juger par ces données, la petite entreprise mérite d’avoir au moins une place dans l’ordre du jour des dirigeants réunis à Davos pour discuter de l’avenir mondial.

Personne ne soutiendra que les questions qui sont à l’ordre du jour de Davos ne sont pas prioritaires : le changement climatique, la paix au Moyen-Orient ou l’influence de la Chine dans l’économie. Cependant, les PME, et plus généralement l’entrepreneuriat, sont des sujets-clés pour faire face à la quatrième révolution industrielle qui s’ouvre à nous, ainsi que pour donner un signal positif aux jeunes entrepreneurs et à la jeune génération qui entrent sur le marché du travail ou se lancent dans la création d’entreprise. Enfin, on ne peut pas envisager de parler de numérique sans évoquer l’interconnexion déjà existante entre l’environnement professionnel et personnel. Pour asseoir la révolution numérique, tous les acteurs de l’économie doivent être embarqués, y compris les plus petits.

DAVOSC’est pourquoi, j‘insiste sur le rôle des PME dans la construction de notre avenir. Ainsi, j’espère que les entrepreneurs trouveront leur place dans l’ordre du jour de Davos, pour discuter des obstacles juridiques auxquels ils sont confrontés dans leur internationalisation, leur financement, l’emploi ou les délais de paiement.

A cet effet, nous avons lancé un sondage sur Twitter, afin de mieux connaître les sujets que les entrepreneurs souhaiteraient débattre à Davos.

Dites-nous quels sujets les leaders mondiaux devraient mettre en avant à Davos 2016 et quels débats auraient un réel impact pour les petites entreprises. Que ce soit un problème de réglementation, de développement ou de financement, nous voulons que les leaders d’opinion à travers le monde vous écoutent.

 Rejoignez la conversation sur Twitter en utilisant le hashtag #AltDavos

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article