Le Big Bang Data n’a pas eu lieu en France selon EY

Dans une étude, le cabinet EY (Ernst & Young) étudie l’adoption des Big Data des entreprises françaises, ainsi que leur maturité dans l’exploitation des données clients. Les résultats de cette enquête, menée auprès de plus de 150 entreprises françaises, révèlent qu’en dépit d’une perception majoritairement positive, le Big data bang n’a pas encore eu lieu dans la réalité.

Depuis quelques années, le terme Big Data est associé à toutes les promesses en termes d’efficacité, de performance et d’opportunités de développement de nouvelles offres et services ciblés. Si tout le monde semble s’être emparé du sujet, force est de constater qu’à ce jour, la révolution Big Data ne s’est guère propagée au-delà des modèles économiques des grands acteurs globaux du digital. En effet, si 43% des entreprises ont entendu parler de cette pratique, seules 18% d’entre elles sont en cours de déploiement.

Des freins psychologiques

C’est ce que nous enseigne le passage au scanner de l’Indice EY de Maturité Data, spécialement conçu dans le cadre de cette étude. Seule une minorité d’entreprises peut se targuer d’une maturité élevée dans son exploitation de la data, tandis que la majorité adopte une posture attentiste, sans véritablement savoir par quel bout prendre un concept devenu flou. C’est pourquoi, l’Indice EY de Maturité Data plafonne à 17%.

Ce retard s’explique par des freins d’ordre psychologique, stratégique, organisationnel ou technologique, qu’a identifiés EY tout au long de la chaîne de valeur de l’exploitation des Big Data. Il peut toutefois être rattrapé si l’exploitation des Big Data est intégrée dans une stratégie et une vision globale car ce n’est  pas tant un problème technique qu’un sujet de transformation des organisations et de leurs modèles économiques. Elle relève de la capacité à convertir la data en connaissances, en innovation et en valeur pour les organisations.

ey-etude-big-data-2014-infographic

Source : EY 2015

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article