PME et industrie : principaux bénéficiaires des investissements en capital développement de Bpifrance

Capital-Invest-2015_visuel_press_fileA l’occasion de l’édition 2015 de Capital Invest, son événement annuel dédié à ses interventions en capital investissement, Bpifrance publie une analyse de l’impact de cette activité depuis sa création. Les PME et l’industrie apparaissent ainsi comme les premiers bénéficiaires des investissements des fonds partenaires en capital développement. Au cours de la vie de l’investissement, 20% des PME investies sont devenues des ETI. Par ailleurs, avec des sorties de plus en plus profitables, le capital-innovation français affirme en 2015 sa maturité et sa capacité à accompagner des trajectoires d’entreprises mondiales.

Il ressort de l’analyse de Bpifrance que l’industrie est le premier secteur d’activité financé en nombre d’entreprises en matière de capital-développement. Ainsi, à fin décembre 2014, Bpifrance comptait 450 entreprises dans son portefeuille indirect de capital-développement, valorisées 3,2 milliards d’euros, et représentant un chiffre d’affaires de 30 milliards d’euros pour plus de 210 000 emplois. Quelque 67% des entreprises investies par les fonds de capital-développement partenaires sont des PME réalisant moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Au cours de la vie de l’investissement, 20% des PME investies sont devenues des ETI. Le bilan réalisé par Bpifrance montre qu’au-delà des transformations déjà réalisées, le potentiel de transformation des PME récemment investies (moins de deux ans) en ETI est plus élevé que par le passé.

L’industrie en pointe dans les investissements

En 1998, les fonds de capital-développement étaient tous généralistes. Depuis lors, la dynamique de création des fonds a permis à la fois le développement global des montants disponibles mais surtout la spécialisation des acteurs. La période 2003-2007 comptait dix fonds généralistes pour huit fonds thématiques contre respectivement six pour vingt sur la période 2012-2015. Parallèlement, en quinze ans, les fonds de capital-développement ont plus que doublé de taille, passant en moyenne de 76 à 158 millions d’euros. La présence de fonds de taille importante permet l’investissement de plus gros montants qui favorisent une accélération plus rapide de la croissance des entreprises investies. Sur les quinze dernières années, un euro d’investissement public a permis la levée de cinq euros privés.

Aujourd’hui, 45% des entreprises financées par les fonds de capital-développement partenaires de Bpifrance sont des entreprises industrielles, contre 34% pour les entreprises de services. Les résultats des fonds de capital-développement, font apparaître une homogénéité de leurs multiples qui caractérisent les plus-values de sortie. Ainsi, pour le secteur industriel, il s’élève à 1,6% contre 1,9% dans le secteur des services. La moyenne du multiple tous secteurs confondus s’élève à 1,7%.

Le capital-risque français devient le leader européen

En matière de capital innovation, l’analyse montre que les efforts continus depuis le milieu des années 90 commencent à porter leurs fruits. Les fonds partenaires se distinguent par leur capacité à investir dans les secteurs émergents années après années. Leur taille a plus que doublé en vingt ans. Avec l’augmentation continue de la rentabilité de l’écosystème (multiple de 1,3, en augmentation par rapport à 2014), l’industrie du capital-innovation, de plus en plus efficace, voit émerger des fonds de grande taille permettant de financer de gros investissements en capital-risque intensif visant à accompagner des entreprises technologiques dans leur stratégie de développement mondial.

Dans ce contexte, le capital-risque français devient le leader européen avec deux milliards d’euros investis dans 161 fonds innovation depuis 1998 et quatre milliards d’euros mobilisables. Cette consolidation du marché amène la taille des fonds partenaires à plus que doublé en vingt ans. La taille moyenne des fonds partenaires d’amorçage passe ainsi de quinze millions d’euros bpifrance_RVB_fd_blancsur la période 1998-2000 à 37 millions d’euros sur la période 2011-2014. Quant à la taille moyenne des fonds partenaires en capital-risque passant, elle évolue de 40 à 101 millions d’euros.

Les TIC et les sciences de la vie tirent la rentabilité de l’écosystème. Le secteur des sciences de la vie atteint un fort niveau de maturité et permet de voir émerger des success stories mondiales. Par ailleurs, la part occupée par le secteur du numérique est de plus en plus importante dans les réussites constatées. Ainsi, près de 80% des entreprises des portefeuilles des fonds partenaires du capital-innovation opèrent dans ces deux secteurs. Depuis 1998, respectivement 1,3 milliard d’euros et 1,5 milliard d’euros y ont été investis par les fonds partenaires de Bpifrance qui sont à l’origine de nombreuses réussites françaises à l’instar de Critéo, BlaBlaCar, Sigfox, DBV Technologies ou Cellectis, notamment.

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article