Guillaume Bourdon, Quinten : Les Big Data sont aussi l’affaire des PME

Guillaume Bourdon

Guillaume Bourdon

Institut Sage : Guillaume Bourdon, vous avez cofondé Quinten, une société de conseil spécialisée dans la valorisation des données. Les Big Data, tout le monde en parle, mais en quoi consiste ce phénomène ?

Guillaume Bourdon : Les Big Data représentent la capacité à gérer l’ensemble des données que génère une entreprise, qu’il s’agisse des données clients, produits ou fournisseurs. Aujourd’hui, toutes les entreprises ont des défis à relever : stocker les volumes gigantesques de données, les trier, puis les visualiser au moyen d’outils décisionnels adaptés et enfin les analyser. L’objectif étant de gagner en compétitivité. Les géants du Web, au premier rang desquels Yahoo, mais aussi Google et Facebook, ont été les tous premiers à déployer ce type de technologies : elles y ont concentré tous leurs moyens et en ont fait leur avantage comparatif. Pour autant, les Big Data ne sont pas réservées qu’aux seuls grands comptes. Les PME aussi sont désormais amenées à gérer des volumes de données de plus en plus importants, qu’il s’agisse d’informations clients, produits, de messages électroniques ou de données non structurées, des vidéos ou d’autres informations issues de médias sociaux, de machines et de capteurs. D’autant que de nos jours, la collecte de données est devenue bien plus simple avec le développement des technologies.

Institut Sage : Qu’est-ce que les Big Data peuvent apporter aux PME ?

Guillaume Bourdon : Les Big Data impactent les processus métiers, car il favorise une vision stratégique de l’entreprise. En effet, cela permet au dirigeant de mieux connaître son entreprise dans son environnement économique et ainsi de la positionner en temps réel, mais également ses clients et leur comportement. Un bon moyen d’anticiper les tendances du marché. Imaginez que vous puissiez accéder en un coup de clic aux sources de données liées à vos clients, leurs habitudes d’achats par exemple ou à vos produits. Il est possible, en structurant ces données et en les analysant, de développer des outils de fidélisation et d’accéder à des indicateurs simples et fiables pour vos ventes ou vos outils de production, et les comparer en un clin d’œil à vos objectifs. La gestion des données est un atout pour les départements marketing, finance, achats et commercial. Et dans ce sens, elle est un levier puissant de croissance mais également de compétitivité.

Institut Sage : Pourquoi les PME sont si résistantes à exploiter les Big Data ?

QuintenGuillaume Bourdon : Pour la majorité, il ne s’agit pas de résistance, elles n’y ont tout simplement pas réfléchi. Pour les autres, soit elles appréhendent les Big Data comme un défi informatique de taille, en deux mots un chantier insurmontable, soit, elles imaginent que cet outil qui les dépasse la plupart du temps, les oblige à s’équiper en nouvelles machines, donc représente un investissement trop lourd.

Institut Sage : Alors comment les initier ?

Guillaume Bourdon : Il faut absolument communiquer auprès des PME et les rassurer. Le tableau Excel prouve à un certain stade ses limites. L’investissement en Big Data n’est pas si lourd, les outils déployés étant adoptés adaptés aux besoins donc à la taille des entreprises. Dans la pratique, il s’agit de connecter des systèmes qui existent déjà. L’essentiel est de définir le projet avant de se lancer et hiérarchiser l’information.

Donnez votre avis sur cet article !

Vous avez envie de contribuer à la rédaction ? Soumettre un article